die unglaubliche geschichte des herrn topowski

Première apparition de la Vierge noire d’Oignies

Tout d’abord, Monsieur Topowski, veuillez me croire… et faites moi confiance… Vous n’avez rien à craindre… Vous pensez bien que je n’apparais pas à tout le monde. On dit que j’apparais souvent mais les gens exagèrent. Je me manifeste, voyez-vous, lorsque c’est approprié. En ce qui vous concerne, il est grand temps, voire pour ainsi dire plus que temps. Vous restez ici-bas à ne rien faire depuis bien trop longtemps déjà. Je le vois bien, vous ne dites rien. Monsieur Topowski ! Écoutez-moi bien je vous prie. Monsieur Topowski : vous devez vous marier ! Me comprenez-vous ? Je vais me faire un plaisir de vous dire pourquoi. Il est évident que vous avez passé trente ans. Vous êtes un bon gars, délicat de surcroît. Mes excuses, vous êtes un homme patient, qui saura entourer sa femme d’affection sincère et d’amour franc. Vous vous languissez depuis des années pour cette personne – ne m’en parlez pas ! – depuis des années vous vous languissez et cette personne est désormais depuis bon nombre d’années mariée. Il existe pourtant quelques autres par là-haut, qui méritent tout autant de devenir votre femme – et pour être honnête qui le méritent peut-être davantage. Ce que cela signifie ? Monsieur Topowski, parole d’honneur, vous n’êtes pas stupide, alors s’il vous plaît. Mon apparition ne va peut-être pas durer plus de cinq minutes – d’ici-là nous devrions avoir tout résolu entre nous ! Vous aimeriez que je revienne ? Vous voyez bien que vous vous sentez seul ici-bas, très seul. Il est pourtant manifestement évident que nous ne pouvons pas nous marier ! Ah, vous voyez bien. Vous êtes, dans le fond, un type très correct et ce n’est plus considéré comme une erreur depuis longtemps. Vous voulez des noms ? Je vous prie de m’excuser, Monsieur Topowski, mais cela va trop loin, je ne peux pas, réfléchissez voyons, je ne suis pas une entremetteuse… Ça va, ça va, je comprends, vous ne le pensiez pas ainsi. Voilà tout ce que je peux vous dire : vous avez souvent pensé à la bonne personne. Monsieur Topowski, je suis désolée mais je dois disparaître. Pensez à ce que je vous ai dit. Un, deux, trois et hop.

Leave a reply